Martin Bilodeau

17 avril 2014.

Pourquoi Images Parlantes?

Par envie de rejoindre la blogosphère, ce grand espace d'expression où, à l’heure des remises en question, se joue l’avenir de la profession de critique cinéma que je pratique de façon passionnelle et professionnelle depuis 1992. Les médias traditionnels (quotidiens, revues, etc.) ne sont plus les seuls promoteurs d’une pensée intelligente, ou même intelligible, sur le cinéma. Celle-ci s’exprime désormais à travers une constellation de tribunes web. La profession s’est démocratisée. Pareillement, les écrans, petits et grands, et leurs sources d’approvisionnement, se sont démultipliés. Si bien qu’à l’heure où beaucoup craignent (avec raison) la mort du cinéma tel qu’on l’a connu pendant plus d’un siècle, les images parlantes porteuses de sens (et créatrices de nouveaux sens) n’ont jamais été aussi abondantes et accessibles. À sa modeste façon, Images Parlantes propose d’en analyser quelques unes, sur le ton de la confidence et le mode de la conversation.

 

Pourquoi ce nom Images Parlantes?

D’abord parce que les images me parlent et que j’aime parler d’elles. Mais aussi parce que le mot image ne renvoie pas seulement au cinéma. À travers ce blogue sur le cinéma, les courants, les tendances, les événements et les gens, j’entends accorder une place importante au web et à la télévision, lieux de création et de migration où s’épanouissent beaucoup de créateurs d’ici et d’ailleurs.

 

Qui est Martin Bilodeau?

Esthète et hédoniste, détecteur de courants et de mutations, analyste de tendances et emmerdeur pour certains, je me passionne pour la chose cinéma et pour les gens qui la font depuis l’adolescence. En 2006, j’ai réalisé un rêve de jeunesse en devenant rédacteur en chef de Mediafilm, l’agence de presse montréalaise qui approvisionne en contenus cinéma la grande majorité des médias imprimés et web du Québec, et qui est responsable de l’attribution des cotes (1) – Chef-d’oeuvre à (7) – Minable à la source de ma cinéphilie. Collaborateur au quotidien Le Devoir de 1995 à 2014, j’ai eu le privilège de m’y épanouir comme critique, comme intervieweur et, au cours des 11 dernières années, comme chroniqueur cinéma. Depuis 2002, je signe à chaque mois la rubrique cinéma du magazine Elle Québec, en plus d’y réaliser à l’occasion des portraits et des entrevues. Toujours à titre de spécialiste en cinéma, je contribue à la radio de Radio-Canada ainsi qu’à la revue L’Actualité. J’ai par ailleurs occupé pendant deux ans (2010-11) le poste de programmateur - cinéma canadien, au Festival international du film de Toronto.